Avec la crise socio-sanitaire et économique que notre pays subit en ce moment en lien avec le coronavirus, plusieurs enfants issus des milieux démunis sont actuellement déscolarisés et surtout exposés de plus en plus à des risques tels que la maltraitance, le travail infantile, grossesses précoces ou bien pire encore comme enlèvement pour traffic d’organe.

C’est dans ce contexte que l’un de notre projet : le Centre d’Accueil Socio-Éducatif et Musical (CASEM) se réouvre petit à petit dans le respect des restrictions sanitaires de l’état d’urgence à Madagascar.

Comme le souligne Mme Sitrakanomenjanahary Ralaiharinony, la coordinatrice du centre, si les 600 enfants bénéficiaires des activités du CASEM ont été très déçu de ne pas avoir d’activités depuis plusieurs semaines, il n’est pas si simple de les faire revenir… (merci au bouche à oreille ! ) et de les faire respecter la limite de 30 élèves par activité.

Leur présence dans les activités artistiques et musicales est un moment pour se confier et exprimer leur crainte à notre organisation qui se mobilise pour les conseiller et les protéger.

De nouveaux défis pour l’équipe des animateurs très content de reprendre leurs activités.

X